Tartine euclidienne de rentrée

Et si je brossais le portrait d’un ancien mathématicien, juste pour être raccord avec l’ambiance studieuse de la rentrée ? Et si je vous parlais d’ Euclide ? Un Gus-Grec né dans les -300 auquel le petit surnom de Gégé irait si bien. Donc, Gégé y vivait à Alexandrie avec des tas d’intellos et il était raide dingue de maths. L’heureux homme, tout en étant prof’ de maths, a réussi à pondre 13 bouquins sur un sujet, là où moi je ne réussirais à écrire que 3 lignes : la géométrie. N’empêche que le Gégé, le géotrouv’tout antique, m’inspire. Et me voilà prise d’une envie : faire une brillante démo de polygones à l’heure du goûter pour des familiens passant de par chez moi.

  1. J’ai chopé dans mon placard un sachet de pain de mie sans croûte, puis coupé au couteau à pain deux tranches identiques de bon pain de campagne tout frais.

pains tranchés

  1. J’ai retiré de son emballage un polygone de mie blanche : ligne brisée fermée (du grec poly = plusieurs et gônia = angle).
  2. J’ai découpé avec des ciseaux un triangle (du latin tres, trois et angulus, angle) scalène (trois côtés inégaux – du grec skalenos = oblique).
  3. J’ai retiré la croûte sur le segment (du latin segmentum, morceau coupé, de secare, couper) droit des tranches de pain de campagne?
  4. J’ai fait de la symétrie axiale en réunissant les deux tranches de pain de campagne.
  5. Je me suis servi d’un bouchon de feutre pour faire un emporte pièces pour les yeux, puis j’ai découpé nez, bouche et sourcils avec des ciseaux.

Me restait plus qu’à assembler le tout, de l’accompagner d’un petit pot de beurre de chocolat (choco fondu et refroidi mélangé avec un chouya de beurre), puis d’annoncer en gueulant : « Qui veut un Euclide pour son goûter ? »

tartine amusante

S’ensuivit un blanc… Puis on me cria : « Dis, y’aurait pas plutôt une marque de biscuits qu’on connaît ? Des speculoos, des mikados ou des BN ? » Ah mon Gégé ! On est loin des intellos de ton école de mathématiciens…

Le jeu du fromage… à battre les enfants !

Durant ce temps de vacances, y’ a les bons fromages qu’on mange… et qu’on ne bat pas. Y’ a aussi un jeu de récré d’antan qui est ma spécialité fromagère et enfantine de l’été : “Le fermier dans son pré“. J’aimais y jouer quand j’étais petite. Je me rappelle qu’avant que le jeu commence y’avait toujours de la négo afin de ne pas être prise au moment du fromage !

fromage

Comment k’on joue ? D’abord on forme une ronde, et puis on plouffe pour désigner le joueur qui se mettra au centre. Et pis on chante en tournant :

Le fermier dans son pré (bis)

Ohé, ohé, ohé, le fermier dans son pré

 Le fermier prend sa femme (bis)

Ohé, ohé, ohé, le fermier prend sa femme

 La femme prend son enfant (bis)

Ohé, ohé, ohé, la femme prend son enfant

Et ainsi de suite

L’enfant prend sa nourrice,

La nourrice prend son chat,

Le chat prend la souris,

La souris prend le fromage,

Le fromage est battu.

Dans la règle classique, à chaque couplet le joueur du milieu fait signe à un chanteur de le rejoindre au centre du cercle. À la fin de la chanson, il y a donc sept joueurs au centre de la ronde. Pendant le couplet final celui qui a été choisi comme fromage fait le gros dos et les six autres joueurs le battent (gentiment !) en chantant : “Le fromage est battu, le fromage est battu, ohé, ohé, ohé, le fromage est battu“.

Dans ma règle on n’a pas besoin d’être aussi nombreux. Après chaque strophe le joueur qui est au centre se fait remplacer par celui qu’il appelle. À la dernière strophe, le joueur du centre appelle le fromage (ça c’est le moment qu’on attend tous) et il se fait battre… euh, toujours gentiment !

Même pas peur du noir !

Les sticks phosphorescents sont de vraies “baguettes magiques anti-angoisse“. Je pense bien être la seule à les avoir conseillés comme jouet à offrir à un mini gus hospitalisé. Je le sais par expérience. Ils l’ont rendu dingo de joie quand, le soir, au moment où sa mum’ et son pap’ allaient quitter l’hosto, il a allumé le bâton lumineux. L’effet consolateur a été intense en bonheur. Le stick magique agit aussi dans plein d’autres occasions, bien moins dures. Pensez donc à en munir les grands-parents, chez qui votre titi va peut-être séjourner cet été. Ce petit matos fera, sûr de sûr, fuir le blues du soir au moment du coucher.*

sticks lumineux

Les sticks phosphorescents, tout comme le mini projecteur lampe de poche, ont été cachés sur l’étagère du haut d’un placard dès mon arrivée en vacances. C’est mon matériel d’animation, celui que je vais sortir le 15 août, jour de fête, jour où je proposerai ces deux jeux d’anniversaires nocturnes.

Cache-cache noir (2 joueurs ou plus avec une lampe de poche) : On délimite un terrain de jeu de petite taille (et oui, dans le noir on peut plus facilement se cacher) et l’on remet au plus jeune une lampe de poche. Lampe éteinte il compte jusqu’à 100 pendant que les joueurs se cachent. Il allume ensuite sa lampe et s’en sert pour les chercher. Celui qui est repéré le premier prend la lampe et part à la recherche des autres joueurs cachés. Le jeu continue ainsi jusqu’à ce que tous les joueurs aient été trouvés.

Chasse- lumière : On forme deux équipes de joueurs, auxquels on remet une série de sticks lumineux (les rouges pour les uns, les jaunes pour les autres). On délimite ensuite un terrain de jeu (environ 10 x 15 m) et chaque équipe cache discrètement ses bâtonnets.Vérifiez ensuite qu’ils ne sont pas enterrés et facilement atteignables avant de lancer le jeu. Criez un grand « go » pour lancer la chasse aux sticks phosphorescents. L’équipe gagnante sera celle qui ramènera la première tous les sticks cachés par l’équipe adverse.

Je dois avouer que ma seule crainte pendant ces jeux, sera de tomber sur un prince… un des énormes crapauds qui ne sort que le soir, à la fraîche, et qui parfois vient me voir quand je lis tranquillos sur la terrasse.

Ranelot

Cinq histoires de Ranelot et Bufolet. Arnold Lobel.

Un de ceux qui de sa voix grinçante parfois m’interpelle en me disant « Embrasse-moi, laisse-moi boire un chouya de ton whisky-Perrier, j’te jure je baverai pas dans ton verre ». Ah ces princes-là, avec leurs gros yeux noirs humides qui me fixent, moi je vous le dis, ça me donne vraiment peur du noir !

* On ne le laisse bien sûr pas dans les mains du gaminou une fois qu’il est endormi.

Jeu d’éveil des sens Tutti Frutti

Il est 10 heures du matin. C’est l’heure où l’eau de la pistoche est encore un peu trop froide pour que le titi de 2 ans et demi aille se baigner. C’est l’heure où son grand frère aime à faire son « travail » comme il dit : écrire en attaché sur c’te livre « fait môa » qu’il trouve vraiment très bien (ouh ça me plaît !).

livre apprendre à écrire

Alors je propose aussi un travail au petiot. Là, à l’ombre, sur la terrasse, avec des paires de fruits, une planche et un couteau.

planche fruits

D’abord on forme une ligne avec une première série de fruits. Avec l’autre série de mêmes fruits on fait « notre travail » :

  • Couper le fruit en deux et mettre les moitiés à côté des fruits entiers
  • La file suivante est celle des pelures prélevées sur chaque fruit
  • Puis c’est au tour d’une rangée de petits morceaux de chair
  • Enfin on met les pépins et les noyaux dans une petite assiette à part

Chaque nouveau placement donne lieu à une bonne discuss’ : Quelle est l’odeur que tu préfères ? Celle de la banane ou celle de l’abricot ? Quel fruit a la peau plus épaisse ? La plus douce ? À ton avis pourquoi les fruits ont des noyaux ? Quel fruit est le plus lourd ?

enfant et pêche

Notre pédago-tchatche déconnecte l’écrivain de son travail. Il débarque. Il réfléchit avec nous. Il observe la pulpe des fruits avec une loupe. Il compte les morceaux de fruits sous le regard admiratif de son frère. Les deux font des expériences dignes de la pédagogie Reggio, dont je me suis d’ailleurs inspirée pour cette activité. Tout ça donne faim. Alors ils dégustent, façon homme préhistorique, les bouts de fruits. Le jus coule entre les doigts, sur les ventres nus. Ensuite faut passer l’éponge sur la table (activité Montessori recommandée… bien sûr !) pour faire place nette. Et là, moi, je me dis tout simplement qu’il est bien bon de pouvoir partager des moments comme ça.

Jeu de concentration pour cerveaux frais

Mes familiens savent tous que j’ai un problème avec les jeux d’attention, ceux qui sont faits pour piéger le cerveau en lui filant deux infos visuelles et verbales incohérentes. À chaque fois je me plante. Cela provoque de vraies crises de fou rire chez les plus petits. Après plusieurs parties perdues, tant bien que mal, j’essaye de me justifier. « C’est parce que je dois en même temps surveiller d’un œil la cuisson du gâteau, ça m’empêche de me concentrer » que j’y dis. « C’est parce que mon cerveau a décidé de se mettre en vacances » que j’ajoute. Ou mieux, je mens ! «  C’est parce que j’aime pas gagner »…

Rien n’y fait, je deviens l’attraction préférée des petiots au « cerveau frais » qui me choisissent à chaque fois comme partenaire pour les parties de Pince-Dis.

cerveau enfant

La règle du Pince-Dis  

On joue à deux (à partir de 5 ans). Un joueur pince une partie de son corps en en annonçant une autre. Rapidement son adversaire pince la partie annoncée en même temps qu’il en annonce une autre et ainsi de suite. Le premier à se tromper perd la partie.

jeu pince dis

Et voilà que déjà, à l’heure du premier café du matin, un petit lève-tôt me saute dessus pour me proposer une première partie de Pince-Dis. Ouf, heureusement là j’ai une excuse qui semble convenir. En prenant l’air endormi j’utilise une expression qui le laisse coi : « Peux pas, ce matin j’ai du fromage blanc dans la tête ». Ah ben oui, moi les jeux avec les mots, c’est ça que j’aime et je me jette sur mon ordi pour chasser, via gougleu, les expressions de la faiblesse du cerveau. En voilà : J’ai oublié ma tête sous l’oreiller / J’ai des bulles sous le plafond / J’ai du cambouis collé aux méninges… Si vous en connaissez d’autres…

Ma recette de l’été… Abricots rôtis au thym

Il y a des recettes qui se méritent, comme celle de ce dessert goûteux, toujours préparé après un « tout-droit-colline », une de mes célèbres konneries de jeu. Un jeu dont mes gus préférés raffolent :

1 / On se place au pied de notre terrain de jeux : une colline tout en maquis de plantes piquantes.

2/ Je crie « Tout droit ! »

3/ On grimpe en ligne droite en faisant fi des épines, des troncs morts bourrés de fourmis rouges assaillantes, des branches fourbes qui accrochent les cheveux.

4/ Et des terribles trous noirs, terriers terreux sûrement habités par une fouine ou un renard aux crocs acérés !

À l’arrivée en haut de la colline que fait-on ? On s’engueule ! Car il y en a toujours un qui préfèrerait redescendre par le chemin alors que les autres veulent faire un « tout droit ». Bon, en fait on est en majorité addicts à la souffrance. Le retour s’effectue de même façon que l’aller, mais là, la plupart du temps, c’est sur les fesses ! Moi, pas folle, j’en profite pour penser au dessert que je vais préparer après la virée sauvage. Et zou, je m’emplis les poches de thym. Et hop, dès mon retour en pays civilisé je file tout droit en cuisine.

Le soir, le dessert d’été au thym sera servi avec son accompagnement : nos jambes griffées par les genévriers à admirer avant de gloutonner des fruits parfumés et caramélisés. Et la conversation tournera autour de nos terribles aventures…

assiette abricots

Les ingrédients :

Abricots / huile d’olive / rapadura/ thym / glace à la vanille

abricots

La recette

  • Couper les abricots en 2 et les ranger dans un plat à four, face coupée dessous.

abricots mains

  • Arroser d’un peu d’huile d’olive et de 3 cuillères à soupe de rapadura.
  • Parsemer de thym et faire rôtir doucement à 180° en retournant à mi-cuisson (15 mn environ de chaque côté).

abricots rôtis

  • Déposer les abricots cuits sur les assiettes.
  • Ajouter une grosse boule de glace à la vanille dans le plat de cuisson et remuer pour que la glace fonde.
  • Verser sur les abricots et servir avec une boule de glace à la vanille en accompagnement.

Jeux d’été pour prendre la vie du bon côté

Se mettre en “état de vacances“ n’est pas facile pour La Môa qui travaille dans un magasin de jouets, là où, entre gens de même acabit, on s’amuse du matin au soir… Suis-je la seule à avoir besoin d’un peu d’entrain pour partir en vacances ? Peut être ? Mais z’heureusement j’ai la chanson qu’il faut pour ça…

Et là, bien sûr, l’entrain des vacances il m’explose en tête ! Oui ! Je vais faire les 400 coups, surexciter les titis, les jeter à l’eau tout habillés, tricher aux jeux de société, mettre des glaçons dans le dos à qui fera la sieste… Oui ! Je vais dépenser tout(e)… mon énergie à inventer des activités stupides avec bombe à eau, pistolet arroseur, parachute alien et tout le binz que j’ai raflé dans le Si Tu Veux avant de prendre la route du sud. jouets Si Tu Veux Oui ! Je suis pas ici bas pour me faire du tracas mais plutôt pour faire la bamboula avec des activités dans ce genre là.

Mâche vite : il faut deux joueurs, 1 m de fil et un caramel emballé. On perce le caramel avec une pique en bois et on l’enfile sur le fil en le plaçant pile au milieu. Les joueurs mettent en bouche chacune des extrémités du fil (pas d’inquiétude, ils ne peuvent pas l’avaler !) et commencent à la mâcher rapidement. Le vainqueur est celui qui arrive le premier au caramel.

Prends le seau : demander au joueur de mettre un seau ou une corbeille à papier contre un mur puis de faire un pas en arrière. Il doit ensuite se plier pour poser son front contre le mur, puis soulever le seau en essayant de se redresser (hi , hi, quels que soient ses efforts que il n’y arrivera pas !).

Tire le manche à balai : deux enfants de force égale (ou un ado bien sportif et un adulte) s’assoient par terre en face l’un de l’autre avec les jambes étendues en avant et la plante des pieds collées contre celles de l’adversaire. Tous deux agrippent le manche du balai placé au niveau de leurs pieds. Au signal « go ! » chacun tire de toutes ses forces pour tenter de contraindre l’adversaire à se lever, à rouler sur le côté ou à lâcher le bâton.

Attrape les glaçons : deux joueurs piochent des glaçons avec les doigts de pieds dans une bassine ou une petite piscine. Celui qui en attrape le plus en un temps donné a gagné.

Comme vous le voyez, cet été c’est parti pour prendre la vie par le bon bout… et Zou ! Psst, notez donc aussi que le Si Tu Veux est en mode porte close du 1er au 17 août inclus, et qu’il y a plein d’autres idées d’activités d’été à piocher sur mon Pinterest.