Quand le jeu rapproche de la nature  

Publié par

Colibri, loutre, rat, bouc, murène, col vert, toucan, mulot, hérisson, lion, baleine, pieuvre, chameau, alligator, grand-duc, manchot… oui de-par- ici, chez le Si Tu Veux, de la variété animalière il y en a ! ( C’est une de mes façons de rapprocher tous les petits citadins de la nature et du vivant.

Jouer à les trier/ classer, version Montessori

  • Les animaux qui vivent dans l’air
  • Sur terre
  • Dans l’eau des rivières
  • Dans l’eau de la mer
  • On peut les classer par groupes d’animaux à quatre, deux pattes… ou qui n’en ont pas.

  • On peut aussi essayer de repérer les espèces en voie de disparition, puis celles qui ne le sont plus tels la loutre et le castor chassés de France et qui sont revenus depuis qu’on les laisse vivre en paix dans nos rivières.

  • Ou  jouer au sauvetage en libérant une tortue-jouet qu’on a mis sur le dos, ou un mini-aigle dont on a emberlificoté les serres dans un filet.

  • On peut construire un tunnel en carton pour laisser passer grenouilles et hérissons sans qu’elles risquent une fin fatale en traversant une route.

Et, pourquoi pas, mettre les animaux en scène après avoir écouté cette histoire afin de deviner quel animal sauvage court le plus vite quand il y a du danger ?

Un jour une girafe alla se promener sur ses longues pattes … en compagnie d’un éléphant à grosses pattes… d’un tigre sur ses sveltes pattes rayées… et d’un singe aux pattes noires qui ressemblaient à des bras.

Ils traversèrent la jungle, puis la savane, pour aller boire à la grande rivière fraiche qu’ils connaissaient. Après avoir bu tout leur saoul, ils s’installèrent sur la rive et se mirent à bavarder en se demandant s’ils allaient encore rester là quelque temps où s’il fallait repartir tout de suite. 

Soudain de la rivière surgit un vieil hippopotame, furieux contre ces animaux dont les bavardages avaient troublé sa sieste.

Il monta sur la rive avec ses pattes luisantes qui faisaient un bruit de tonnerre… et, sans demander leur reste, la girafe, l’éléphant, le tigre, le singe s’enfuirent à toutes pattes. Les uns allaient très vite, les autres moins vite mais leurs pattes grandes ou petites les ramenèrent chez eux juste à temps pour le déjeuner.

Oui tout cela aide nos enfants à prendre conscience de l’immense variété d’êtres vivants peuplant la planète et du rôle qu’ils ont à jouer pour en prendre soin… même si ce n’est qu’en jouant à faire semblant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.